Diacre Maciej Leszczynski, directeur pédagogique : Iconographie et Iconologie.

Maciej Leszczynski est né en 1983. Peintre d’icônes, chantre et théologien, il a débuté sa formation professionnelle à l’École Supérieure d’Iconographie à Bielsk Podlaski (Pologne). Parallèlement, il prend part à un programme d’étude de chant liturgique médiéval, grâce auquel il apprend la théorie et la pratique de différentes formes du chant orthodoxe traditionnel et particulièrement le « chant neumatique » russe (znamennyi raspev).

Après avoir obtenu le diplôme d’iconographie en 2006, il continue sa formation au Séminaire Orthodoxe de Varsovie, dont il sort trois ans plus tard avec une licence en théologie orthodoxe. Après le séminaire il poursuit ses études à l’Académie de Théologie Chrétienne à Varsovie.

Tonsuré lecteur en 2009.

En 2011 il entre à l’Institut de Théologie Orthodoxe Saint-Serge à Paris qu’il termine en 2015 en soutenant un mémoire de maîtrise intitulé : « Le Triomphe de l’Orthodoxie, la réforme liturgique et l’articulation de l’espace liturgique à l’époque post-iconoclaste », sous la direction du professeur l’Archiprêtre Nicolas Ozoline.

Ordonné diacre en 2021. Actuellement diacre et chef de chœur en la paroisse Saint-Serge-de-Radonège à Paris (75019).

Maciej Leszczynski est l’auteur de nombreuses icônes et fresques, peintes pour des églises en Pologne, en France et dans d’autres pays d’Europe. Membre de l’Association « Icône ».

Voir son site professionnel : www.ikonnik.fr


Archiprêtre André Svynarov, père spirituel de l’école.

Membre du clergé de la cathédrale Saint-Alexandre-Nevsky. Diplômé de l’Académie de Théologie de Kiev et de l’Institut de Théologie Orthodoxe Saint-Serge de Paris. Spécialiste en droit canonique et en exégèse biblique. Organisateur des « Rencontres Bibliques » auprès de la cathédrale.

.

.

.


Alexandra da Fonseca : Dessin académique.

Alexandra da Fonseca, née en 1976 en Russie à Krasnodar, vit et travaille à Paris depuis 2009. Diplômée de l’Académie des arts et de la culture de Krasnodar, elle est admise après son diplôme au « Cercle Artistique » de la ville, et devient l’élève de Sergey Vorzhev.

Membre de l’Association Internationale des Arts Plastiques UNESCO, Alexandra est une artiste reconnue en Russie où elle a participé à de nombreuses expositions en solo ou collectives notamment à Krasnodar, à Moscou et à Saint-Pétersbourg.

Elle expose également hors de Russie dans des expositions collectives : en 2000 au Centre de la Culture Russe à Berlin (Allemagne), en 2005 et 2006 à l’ambassade de Russie à Washington (USA).Depuis son arrivée en France en 2009, elle a exposé de nombreuses fois en solo à Paris et a participé à 12 expositions collectives et Salons, principalement à Paris, mais aussi à Calvi, Sarlat, La Garenne Colombes, Montreuil… Une de ses œuvres a reçu une médaille de bronze dans la section peinture de ART EN CAPITAL au Grand Palais de Paris en 2014. Ses œuvres se trouvent dans des collections privées russes, américaines, françaises et allemandes.

Voir son site professionnel : www.alexandra-da-fonseca.com

.


Les cours de calligraphie sont assurés par les enseignants de « la Maison de la Calligraphie » :

Serge Cortesi

Céline Renaudie

Noëlle Jaouani

.

.

.

.



CONFÉRENCIERS INVITÉS

2019-2020



Archiprêtre André Svynarov

.

.

.

.

.

..

.


Elisabeth Ozoline, iconographe.

Elle a commencé à apprendre l’iconographie très jeune. Cette Iconographe a également réalisé des fresques aux Etats-Unis, en Russie et en Angleterre. Après de nombreuses années d’enseignement aux ateliers de la Ville de Paris et à l’institut Saint-Serge elle travaille dans son propre atelier à Paris.

.

.

.


André Ratchinsky, docteur en histoire, enseignant à l’Institut d’études politiques de Paris et à l’Institut national des langues et civilisations orientales.

.

.

.

.

.

.


Cyril Semenoff-Tian-Chansky, historien de l’art.

Né à Neuilly en 1964, fils du géologue paléontologiste et saharien Pierre Semenoff-Tian-Chansky (1925-2003), Cyril Semenoff-Tian-Chansky a d’abord été l’élève en dessin et eau-forte du peintre-graveur Jeanne Esmein à Montparnasse. Historien d’art diplômé d’études supérieures de l’Ecole du Louvre et de master en Sociologie et Histoire des Arts à l’Université de Bourgogne (Dijon), il a été secrétaire général du Musée National de Céramique à Sèvres, bibliothécaire à la Manufacture de Sèvres – bibliothèque de céramologie de trente mille ouvrages -, puis chargé de recherche au Centre de Recherche du Château de Versailles pour le fonds photographique du Château. Ce cadre muséal l’a amené à effectuer diverses missions au Japon, en Corée, en Italie et en Allemagne. Spécialisé dans l’art russe hors-frontière – de l’émigration du début du siècle dernier aux années Septante, il voyage régulièrement en Russie. Enfin, il mène parallèlement et en étroite relation avec ses activités de recherches une activité photographique soutenue, en particulier dans la photographie patrimoniale. Membre de l’Union des Photographes Professionnels (UPP).


Andrei Zharov, iconographe, pédagogue.

Nė à Minsk, Biélorussie, Andrei Zharov vient d’une famille d’iconographes. Diplômé en 2001 de l’Académie orthodoxe de Saint-Petersbourg, département iconographie (atelier de Valentina Jdanova), puis, en 2013, de l’Université orthodoxe de St Tikhon de Moscou (atelier de père Nicolas Tchernychev).

Dans sa création artistique de l’icône contemporaine, il se base sur l’ensemble de la tradition chrétienne de l’Est, en commençant par l’art des catacombes des premiers chrétiens, jusqu’à l’icône du XXIème siècle.

Ses œuvres se trouvent dans les églises et collections privées en Biélorussie, Russie, Pologne, Moldavie, États-Unis, France. Son icône de St Jean-Baptiste est publiée dans la Collection « The Catholic Priest Image of Christ, through fiftheen centuries of art » (éd. Flux des Arts, 2009).

Il est lauréat du deuxième prix à l’exposition de l’icône contemporaine au Musée National des Arts de Biélorussie en 2007 et du prix spécial du Exarch de Biélorussie pour l’exposition de l’icône contemporaine à l’Académie des Sciences en 2009.

Aujourd’hui, il est membre du Conseil artistique et architectural auprès du Diocèse de Minsk et travaille dans son atelier familial agréé par le Diocèse.

Voir son site : http://zharovstudio.com/



CONFÉRENCIERS INVITÉS

2017-2018



Protodiacre Jean Drobot : Théologie Liturgique.

Né à Suresnes le 1er mai 1957 dans la famille de l’archiprêtre Georges Drobot, iconographe, docteur en théologie, et de Marianne née Tichonicky.

Dès l’âge de 7 ans a servi l’autel de l’église Saint-Serge à Paris. Se joint à la chorale à 18 ans sous la direction de Nicolas Ossorguine. Chante dans le chœur de concert Saint-Alexandre-Nevsky sous la direction d’Eugène Evetz. Commence à diriger le chœur de l’église Saints-Constantin-et-Hélène à Clamart en 1978. Directeur et chef du chœur masculin Saint-Romain-le-Mélode (1987-2002).

Collectionne des documents et matériaux sur l’histoire du chant liturgique russe. Participe à la réalisation des « vigiles idéales » à la cathédrale Saint-Alexandre-Nevsky en décembre 2000.

Auteur d’articles sur le chant liturgique russe. Participe à des émissions radio et télé sur le chant liturgique. Régulièrement invité à des congrès internationaux sur le chant liturgique.

Tonsuré lecteur en 1979. Ordonné diacre le 10 juin 2012 par S.E. Gabriel, archevêque de Comane. Actuellement protodiacre de la cathédrale Saint-Alexandre-Nevsky à Paris.


Archiprêtre Nicolas Ozoline, professeur d’Iconologie

P. Nicolas Ozoline est né en 1942 à Brunswick en Allemagne. Ayant terminé ses études secondaires à Paris, il devient en 1959 étudiant à l’Institut de Théologie Orthodoxe Saint-Serge qu’il termine en 1964. Il est ordonné diacre en 1966 et prêtre deux ans plus tard. Disciple et proche collaborateur de Leonide Ouspensky et d’André Grabar, il obtient un poste d’assistant à l’Université d’État de Leyde (Pays-Bas), où il étudie l’art paléochrétien et l’art chrétien de Nubie.

En 1974, invité par les pères Alexandre Schmemann et Jean Meyendorff, il part enseigner l’art liturgique orthodoxe à l’Institut de Théologie Saint-Vladimir à New York. En 1985, il soutient à la Sorbonne sa thèse de doctorat intitulée « L’iconographie byzantine de la Pentecôte », écrite sous la direction du professeur André Grabar.

En 1986 il est élu professeur de la nouvelle chair d’iconologie orthodoxe à l’Institut Saint-Serge de Paris. Peu après, il y prend également en charge l’enseignement de la théologie pastorale et de l’homilétique. Doyen de l’institut entre 2012 et 2014.

Considéré comme un des plus grands iconologue orthodoxe contemporains le père Nicolas Ozoline est l’auteur des plusieurs livres et de nombreux articles consacrés à ce sujet.


Hélène Bléré, icononographe, enseignante à l’atelier Saint-Joseph à Paris, auteur du livre « Lumière joyeuse – Le language de l’icône ».

.

.

Voir son site professionnel : 

www.heleneblere.wixsite.com/iconeorthodoxe

.

.


Georges Droboticononographe, enseignant, fils de l’archiprêtre Georges Drobot, iconographe et docteur en théologie.

.

.

.

.

.

.

.